Ma participation aux 24h de la nouvelle, version 2015

Bonjour tout le monde !

Je participe donc, cette année encore, aux 24 heures de la nouvelle.

La contrainte qui a été tirée au sort il y a une heure est la suivante:

“L’histoire doit intégrer un lieu abandonné depuis un certain temps. Que ce soit juste une pièce oubliée, un château en ruine, une ancienne station de métro désaffectée ou encore un vieux jardin en friche par exemple.”

Pour le moment, je n’ai pas encore vraiment d’intrigue. Pour cette nouvelle, j’ai décidé de me focaliser sur les personnages principaux. J’ai donc créé 3 fiches de personnages.

Sur cet article, je partagerai avec vous, au fil de l’eau, mes avancées en terme de préparation « pré-écriture ».

Je tâcherai de ne pas révéler l’intrigue, bien entendu.

Je vais commencer par partager avec vous mes fiches de personnages:

Il me reste à déterminer les adversaires à opposer à mes trois héros.

Sous le regard torve de la lune bleue

Crédits Illustration: RGDraw

Personnages :

Naphtalina, magicienne irascible et famélique

Nota : la naphtaline est très toxique pour les êtres vivants et ne sens pas très bon !

Explication du choix du nom :

À sa naissance, son père a trouvé que « tout cela sentait si mauvais qu’il m’a semblé, un instant, qu’un rongeur quelconque était mort sous le lit. Et à en croire le boucan que les nuisibles ont fait dans la pièce avant de s’enfuir, je me suis dit : « ce bébé est plus efficace à lui seul qu’un bon quintal de naphtaline ! »

Et il n’a pas eu tort. Depuis, Naphtalina s’est spécialisée dans la chasse aux animaux dangereux, ou tout simplement nuisibles pour l’homme, grâce à ses puissants pouvoirs magiques basés sur la concentration et le « vouloir ». Car « le vouloir, c’est le pouvoir ! »

Physique malingre, émaciée, mais pas ingrat pour autant. On la croit tout le temps malade, voire mourante, mais elle est comme le phénix : c’est quand elle est au plus mal qu’elle se révèle dans toute sa puissance.

Cheveux blonds très fins, presque blancs. Visage rond comme une lune.

S’habille à l’orientale : tunique serrée en haut (peu de poitrine) et pantalons de fine soie en bas (tissu importé de la lointaine et orientale Outzekie).

Ses armes favorites : son humour noir, sa langue acérée et ses sortilèges, pas forcément dans cet ordre.

Couleurs favorites : ocre et bleu délavé.


 Jack Torgrain, faux nain, vrai petit homme drogué à la bière à la cerise

Originaire des provinces de l’est du Haut-Gandar, accolées à la seconde épine dorsale du monde (les monts ébréchés)

À force de subir les moqueries de ses camarades, qui raillent tous sa petite taille, il finit par se prendre lui-même pour un nain, descendant des anciens clans des monts Galgoths, véritable épine dorsale du monde.

Depuis qu’il est majeur, il boit de la bière à la cerise qu’il distille lui-même, après avoir lu un antique manuel rédigé par de vrais nains Galgothiens.

Sur sa cotte de maille sont cousues de multiples bourses, autour de sa taille, dans lesquelles il range son matériel essentiel : pipe en bois, blague à tabac, briquet à l’amadou.

Sans oublier, dans son sac à dos : le matériel nécessaire pour distiller son alcool à la cerise ou pour faire de bons petits plats, selon les occasions.

Vêtu en permanence soit d’une cotte de maille, soit d’une tunique aux mailles argentées, ressemblant à s’y méprendre à une tunique de maille.

Ses armes favorites : haches de lancer, hache de guerre à double lame, marteau de guerre.

Couleurs favorites : gris métal, rouge cerise

 

Gérald Massapena, faux elfe, vrai humain cleptomane

Originaire des provinces du sud du Bas-Gandar, région côtière en proie à la piraterie. Il a appris très jeune à se débrouiller par lui-même. Malgré sa grande taille (1m80), il a su développer un vrai talent de voleur à la tire, ajoutant ainsi à sa propension naturelle à la cleptomanie.

Parvenu à l’âge adulte, il a décidé de se faire passer pour un elfe des forêts, qui habitent les provinces de l’ouest du Moyen-Gandar.

Il a donc contacté un mage spécialisé dans la Maegikus Aesthetikus, qui lui a tiré les oreilles en pointe, a étiré ses paupières en amande et les a piqueté d’or. Ses cheveux sont aussi devenus nettement plus blonds et il a gagné en grâce « naturelle ». Malheureusement, ses manières sont restées celles d’un homme.

Privilégie les vêtements resserrés, lui permettant une meilleure liberté de mouvement et une plus grande discrétion.

Ses armes favorites : la dague et l’arc.

Couleurs favorites : vert et argenté

L’Ombre (ou le Démombre) :

Forme sombre, éthérée, emprisonnée au fond de l’antique cité de Garganth.

Cette créature est protégée par les hommes-brouillards, qui lui vouent un culte morbide. Ils ne rêvent que d’une chose : la libérer de ses chaînes. Y parviendront-ils ?

Sa nature est mystérieuse et nul ne sait si elle est maléfique ou bénéfique. Elle détient de grands pouvoirs, notamment celui d’influer sur les créatures et les êtres qui l’entourent, bien que d’une façon très limitée tant qu’elle est prisonnière du château délabré. Elle promet monts et merveilles à qui la libérerait, mais personne ne peut pénétrer dans le château sans mourir aussitôt.

Problème : le château renferme également un artefact dont la prophétesse a besoin pour survivre.

Les hommes-brouillards :

Ainsi dénommés car depuis qu’ils ont choisi de s’installer aux alentours du vieux château, leur corps semble avoir perdu une partie de sa substance. Les contours de leurs corps sont parfois brouillés et des rumeurs leur prêtent des capacités de passe-murailles.

Leur chef, Guillaume de Lones, s’est taillé une solide réputation de nécromancien, après avoir suivi les enseignements de l’école de magie de Gaash. Son blason : un dragon rampant surmonté d’un crâne ricanant.

De grande taille, longiligne, il aurait des ascendances elfiques, ce qui expliquerait son affinité avec la magie. Il est d’une pâleur cadavérique. Nul ne sait pourquoi ni lui, ni ses hommes-brouillards, ne sont attaqués par les goules.

Lune, la prophétesse :

Immergée dans une bulle d’eau, au cœur de la cité volante de Panarge, elle préside à la destinée du monde.

La prophétesse actuelle, « Lune »,  ressemble désormais plus à un cadavre pourrissant qu’à une divine prophétesse. En effet, tous les deux cent ans, une fleur sacrée de Tiara éclot, du sein de laquelle surgit à chaque fois une nouvelle prophétesse. Le bébé doit être placé, peu après la naissance, dans la même bulle d’eau que la prophétesse vieillissante. Cette dernière transmet alors ses pouvoirs à la nouvelle prophétesse, qui la remplace aussitôt.

Malheureusement, cela fait désormais trois-cent soixante dix ans que Lune survit, car la précédente fleur de Tiara a été détruite par l’arrivée de mystérieux vaisseaux d’outre-monde, en forme d’épée, dont jaillit une foule d’humains porteurs d’armes projetant d’étranges rayons mortels.

Peu après leur arrivée, cependant, la destruction de la fleur de Tiara a produit une onde de choc de magie négative qui les a tous changés en goules immortelles, leur faisant perdre toute conscience d’eux-mêmes et de leur passé.

Il est désormais temps de préparer la venue du prochain élu légendaire qui, seul, pourra aider la prochaine prophétesse à naître. Pour cela, la prophétesse a besoin de la boussole d’orichalque qui a été perdu dans le château de Garganth au moment de l’arrivée des étrangers.

Cette boussole désignera le prochain élu, qui devra être baigné par les rayons de la lune bleue aussitôt après sa naissance.

Il ne me reste plus qu’à mettre en place l’intrigue, à présent ! Mais là, ce sera motus et bouche cousue. Je me permettrai juste ce petit pitch rapide :

Je vais vous conter la quête de Jack, Gérald et Naphta, à la recherche de la Boussole d’Orichalque.

[EDIT]: il est 1h10 de matin, j’ai achevé le premier jet de mon texte avec 6 624 mots. 🙂 Demain, il sera toujours temps de passer le texte à la moulinette d’antidote et tout ça.

Bonne nuit tout le monde !

[EDIT2]: il est 8h11 du matin, je suis debout et un peu fatigué, faut avouer. bref, il est temps de relire / corriger.

Second passage sur le texte : mes réflexions nocturnes m’ont fait me rendre compte qu’il y avait peut-être un point ou deux à améliorer dans le texte. J’ai donc défini quelques éléments à regarder avec attention lors de cette relecture de « À l’ombre de la boussole… »

1/ Le relire pour voir si les personnages sont bien décrits et les notions bien expliquées à leur première apparition.

2/ En rajouter un peu au rôle de Gérald, qui semble le moins utile des trois membres du petit groupe.

3/ En rajouter un peu sur le côté « en ruines » du château.

4/ Traquer les répétitions : il y en a un peu plus de 220 au compteur, à la fin du premier jet, sur 6 600 mots, ce qui est fort honorable, selon moi. Par contre, j’ai pas mal répété le mot « château ».

[EDIT3]: au final, il reste 80 répétitions et le texte a grossi jusqu’à atteindre 6 750 mots.

J’en resterai là. Je n’ai plus qu’à mettre le post à jour sur le site des 24 heures de la nouvelle, puis à attendre la validation par l’équipe en charge de ce beau projet pour vous donner, enfin, le lien qui vous permettra de lire « Sous le regard torve de la lune bleue – À l’ombre de la boussole ».

[EDIT final]: voici dont l’url tant attendue de ma participation aux 24h de la nouvelle: ICI

Publicités

2 réflexions sur “Ma participation aux 24h de la nouvelle, version 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s