Pré commande « Chroniques d’une humanité augmentée »

Bonsoir tout le monde,

 

Comme indiqué sur Facebook, j’ai décidé d’ouvrir une période de pré-commande concernant la version papier de mon recueil « chroniques d’une humanité augmentée « .

 

Voici les informations à connaître:

1/ Toutes ces commandes seront dédicacées.

 

2/ Prix prévisionnel (hors frais de port): 7,00 € ttc si 34 pré commandes max, 6,00 € ttc à partir de 35 pré commandes.

Pour rappel : le livre ne fait que 56 pages. Je tiens à le préciser.

Autre précision d’importance: le but, ici, est de me permettre de vous envoyer des livres dédicacés.

Si vous voulez seulement acheter la version papier des « Chroniques d’une humanité augmentée », sans dédicaces, le recueil sera disponible via Amazon en version papier également, très rapidement. Je vous tiendrai au courant asap.

 

3/ Sachant, pour rappel également, que ceux qui ont préalablement acheté l’ebook bénéficieront d’une réduction du prix du livre papier à hauteur d1,60€ (prix de l’ebook) et qu’inversement, ceux qui achèteront le livre papier bénéficieront de la gratuité de l’ebook.

 

4/ Dans un premier temps je ne peux accorder qu’une ristourne de 65 centimes à ceux qui choisiraient de se faire envoyer le livre par la poste. Cad: j’enlèverai 0,65 € au tarif d’envoi.

 

Sachant qu’un colis de moins de 500 gr via mondial relay c’est 4,5€, il vous resterait 4 € à charge, soit 10 à 11 € le livre.
Entre 1 et 2 kg, le coût passe à 5,9€, donc en cumulant les réductions de 0,65 € par livre (pas « par envoi »), ça peut valoir le coût d’effectuer des achats groupés.

Explication sur cette notion d’achat groupé:

Imaginons que 10 habitants de Lyon décident de commander le recueil. Ils achètent en indiquant une unique adresse, puis ils se répartissent les livres, ce qui permet de ne faire qu’un unique colis.

J’ignore combien pèse un livre de 56 pages. On me dit: « moins de 100 grammes ». Personnellement je privilégierais la rencontre à Paris, mais tout le monde n’habite pas à paris, je crois. ^^’

Sinon, on me signale l’existence de l’affranchissement « mini max » à 1,65€ pour des objets inférieurs à 2 cm d’épaisseur et moins d’1kg, ce qui devrait être bon pour mon recueil. Déduction faite des 0,65 € dont je parle plus haut, cela laisserait 1 € tout rond à votre charge.

Si vous connaissez des modes d’expédition moins onéreux, je suis preneur.

 

Si vous êtes intéressés, vous pouvez soit me le signaler par email (pascal.bleval@gmail.com) soit laisser un commentaire ci-dessous, soit m’envoyer un mp sur facebook.

Merci pour votre attention et à vous les studios.

 

Quatrième de couverture:

Julien Sciarmozzi a un problème. Un gros. Quelque chose cloche dans sa tête, il a comme des absences inexplicables. À moins que ce ne soit la réalité qui se trompe ? Nicolas ne se conçoit qu’au travers des réseaux sociaux. Est-ce dans le but de combler un manque affectif, ou pour une raison autrement plus sérieuse ? Et que dire de Marc, cet homme immergé dans un monde où chacun ne jure plus que par l’apparence virtuelle — en réalité augmentée — de ses collègues ?

Perdus dans le mince interstice séparant le monde réel de l’univers virtuel, les personnages de ce recueil nous entraînent dans leur sillage…

Oserez-vous franchir les limites du réel en leur compagnie ?

Publicités

Bilan Hebdomadaire n°18

Sous-titre : « Dans quel état j’ère »

 

Bonsoir tout le monde,

Je voulais écrire un article dimanche. Comme vous pouvez le constater, j’ai un peu loupé le coche, vu qu’on est lundi soir… Du coup, pour me faire pardonner, je publie aujourd’hui non pas un, mais deux articles. Le premier (celui-là) récapitule donc mes actualités de la semaine passée (et c’est pas folichon, non madame). Le second (ici) vous parle d’un sujet à la mode en ce moment : « j’achète et je lis de la littérature (notamment) francophone ». J’y évoque également le phénomène du « Ray’s Day ».

 

De mon côté, il faut avouer que la semaine passée n’a pas été magique :

  • J’ai bossé cinq jours sur une nouvelle de 6 000 mots (quand même), tout ça pour en conclure que – en l’état – c’était un bousin sans intérêt. Des dialogues sympa (je trouve), des personnages intéressants, mais… Intrigue et conclusion : bon à jeter. Zut…

 

  • Un malheureux délai sur la préparation de la version papier de « Chroniques d’une humanité augmentée » (un malheureux oubli de ma part sur la couverture) a tout fait déraper d’un ou deux jours. Normalement, je devrais quand même recevoir l’exemplaire « test » du recueil jeudi qui vient, donc juste à temps avant mon départ en vacances (vendredi ou samedi). Croisons les doigts pour qu’aucun grain de sable ne vienne allonger les délais d’une journée, voire de deux, sinon… Ce sera deux semaines de perdues…

 

  • Cerise sur le gâteau : je voulais (je veux toujours) écrire un texte pour l’appel à texte de Martin Verne, mais… je bloque. Malgré deux ou trois idées qui ont fini par éclore, pas moyen de sortir un synopsis vraiment potable / exploitable. Au moins, là, je m’en rends compte avant d’écrire le texte. C’est déjà ça…

 

Les seules choses qui ont avancé, au final, ce sont les illustrations de Viny-kun (Cf ci-dessous) et de Litlle Roisin.

Bon, pour cette dernière (Little Roisin, donc), le projet dont il est question (intitulé « Les Conteurs) ne sortira pas demain, ni après demain, de mes cartons. Mais au moins, la couverture sera prête. C’est important, une belle couverture. Par contre, c’en est encore au stade du WIP, je le présenterai donc par la suite. Plus tard. Un jour. Mais allez voir la page Deviantart de l’artiste, ça vaut vraiment le détour.

 

[/Petit aparté

je ne sais pas si vous aviez déjà vu le mot « line » pour décrire le croquis initial, les contours, avant colorisation d’une illustration ? Je pensais que c’était un mot anglais. Mais en fait, j’ai découvert récemment le mot « linéament » qui signifie « contour d’une forme » avec comme synonyme « contour, esquisse, ligne, idée, … ».

Fermons l’aparté./]

 

Bref, tout ça pour dire que si on y ajoute une mauvaise nouvelle à titre familiale, je dirais que je ne pète pas la forme, psychologiquement parlant. Ça va repartir, ne vous inquiétez pas. Mais le résultat, c’est que dimanche dernier, j’ai procrastiné comme une loque. J’ai honte. Tiens, on en revient à la « honte de l’écrivain » dont je parlais ICI.

Je suis en plein dedans, aujourd’hui.

Quoi que… Ce soir, dans le bus, j’ai enfin trouvé (je crois) le bon angle d’attaque pour entamer la ré-écriture de ma novella à paraître le 15 octobre prochain. Je suis donc un peu soulagé. Pour l’instant. 🙂

À part ça, j’ai publié à l’instant même un autre article, d’actualité. Initialement, il devait immédiatement suivre le présent article, mais j’ai finalement décidé de ne pas polluer l’un avec l’autre.

Si vous voulez lire cet article, intitulé « C’est quoi, j’achète du jeune auteur francophone », c’est par ici que ça se passe.

 

Voici à présent les nouvelles illustrations ajoutées à mon recueil récemment: n’hésitez à faire un « refresh » pour les voir apparaître dans votre recueil kindle.

Bonne continuation tout le monde ! 🙂

Nouvelle 'Humanité augmentée' - Viny-kun v3Nouvelle 'réparation' - Viny-kunNouvelle 'Corpus modificandis' - Viny-kun

C’est quoi « j’achète un livre d’un jeune auteur Francophone »

Sous-titre : « ou comment tenter d’aider les jeunes auteurs à percer, nom de d’you, et autres actualités littératuresques… »

Oui, je sais, c’est un gros sous-titre. Que voulez-vous, c’est comme ça, hein? 🙂

 

Il y a eu pas mal d’actualité autour du monde du livre, ces dernières semaines. Comme quoi, on a beau être en août, tout le monde n’est pas en vacances.

À commencer par le Québec : deux auteurs Québécois (Patrice Cazeault et Amélie Dubé) ont lancé l’appel du 12 août. Faites la recherche sur google. Vous trouverez notamment un bon article sur le sujet (selon moi). Il vous donnera les informations de base et nécessaires.

Mais d’une manière générale, vous trouverez moults sites désireux de vous renseigner sur le sujet. En substance, l’idée est d’aider les auteurs Québécois en encourageant les lecteurs a acheté spécifiquement « local ».

Plus près de chez nous, Gaëlle Dupille (vous pouvez cliquer sur le nom pour aller voir son article sur le sujet) s’est emparée de l’idée et l’a un peu transformée, élargie par certains côtés:

L’idée est, cette fois-ci, d’acheter un livre francophone dans les genres de la Science-fiction, de la fantasy ou du fantastique le 1er septembre prochain. Elle a d’ailleurs créé un événement Facebook pour l’occasion.

Les éditions L’ivre book ont, de leur côté, décidé d’allonger leur offre « 2 livres achetés, un livre offert » jusqu’au 1er septembre, alors qu’elle devait s’achever le 31 août. Cela a été annoncé dans le cadre de l’événement Facebook, par la bouche de Lilian Ronchaud, mais l’information n’a pas encore été mise à jour sur son profil FB ou sur le site même de la maison d’édition.

Les deux idées sont fort louables et on ne peut qu’applaudir des deux mains: cela fait avancer les choses, et dans la bonne direction,  je trouve.

De mon côté, j’irais plus loin encore :

Le 1er septembre prochain (ou le 12 août, ou n’importe quel autre jour, d’ailleurs), j’achèterai :

  • Du jeune auteur bien frais, pas encore trop connu, qu’il officie dans les domaines dits « de genre » ou dits de « littérature blanche », « divertissement », « polar », etc… Peu importe, au fond. Mais je compte acheter, idéalement, de l’auteur pas encore trop connu.

Du coup, transformons donc ça en « Journée de la découverte des nouveaux talents de la littérature » !

Le genre, on s’en fiche, chacun lit ce qu’il veut. Mais découvrez de nouveaux auteurs ! Ou relativement nouveaux, en tout cas.

Comme je me sens l’âme généreuse, je vous propose en toute fin de cet article non pas un, ni deux, mais six auteurs à découvrir (en fait non, DIX auteurs).

Pas spécialement dans l’ordre de préférence. Juste dans l’ordre d’arrivée, comme ça me vient, tout ça. Rendez-vous tout en bas, pour les plus pressé(e)s d’entre vous.

 

Pour les autres, suite de l’actualité Littératuresque avec, cette fois-ci, l’appel de Neil Jomunsi à célébrer le « Ray’s Day » (du nom de « Ray Bradbury » , célèbre et inventif auteur de science-fiction, hélas décédé).

Au passage, je vous invite cordialement à lire les autres articles du blog de Neil, ils sont tous très intéressants.

Le principe est expliqué sur le site raysday.net:

  • En synthèse : « Célébrons la lecture, les auteurs et les lecteurs le 22 août prochain ».

Plusieurs suggestions d’actions sont listées sur le site. Je n’aura pas d’accès à Internet ce jour-là, et vu mon incapacité actuelle à écrire, ça va être compliqué pour moi de participer.

J’ai voulu mettre en promo gratuite mon recueil d’anticipation « CHA », mais… Il n’est pas assez cher pour qu’Amazon me laisse faire des promos dessus. Comme je me vois mal en augmenter le prix juste pour le rendre gratuit (encore que… j’y pense, en fait)…

Bref, je vous invite à vous rendre sur le site et à voir ce que les personnes derrière le projet ont à en dire, car là encore, c’est une très belle initiative !

*****

Cet article se termine, je vous remercie d’avoir lu jusqu’au bout. Pour vous récompenser, voici donc la liste des auteur(e)s dont je vous ai parlé plus haut. Vous trouverez, tout en bas de cet article, des photos de couverture de leurs livres / séries:

[Edit du 12 août, 8h45: faites vous plaisir, ajoutez en commentaire le ou les auteur(e)s qui vous font rêver! 🙂 idéalement de jeunes auteurs, mais ce n’est en rien une obligation. Ce n’est pas mon genre forcer la main aux autres. Enfin, sauf quand je vends mon recueil, mais là je sors la kalachnikov, c’est plus clair. 🙂

 

1/ Sylvain Desvaux, jeune auteur à la base auto-publié sur Amazon (j’ai particulièrement apprécié « Dragon sauce

bichon » et « Solitude à crédit ». Il a aussi publié une novella aux éditions L’ivre-book, intitulé « La rédemption de Tesha ». Je l’ai achetée, cette novella, mais ne l’ai pas encore lue.

2/ Jean-Philippe Jaworski qui n’est déjà plus si « jeune auteur » que ça, mais dont j’ai adoré le livre « gagner la guerre ». Il faudrait que j’en écrive la chronique, tiens. Attention, gros pavé. Mais il a aussi publié des nouvelles dans le même univers : Janua Vera, notamment. Un auteur à découvrir si l’on aime la fantasy réaliste, dans le sens où quand on lit « Gagner la guerre », tout semble rationnel. Jusque et y compris l’utilisation de la magie.

3/ Cécile Duquenne et sa série « Les foulards rouges » : vous la trouverez sans peine sur amazon. Série parue aux éditions Bragelonne, dans leur ccollection Snark. J’ai aussi lu de sa part le début d’un roman de fantasy « Entrechats », aux éditions Voy’el. Il m’a paru très prometteur. Disponible sur Immateriel, a priori.

4/ Alizée Villemin et sa série « Lady Falkenna » : de même que Cécile Duquenne, vous la trouverez sans peine sur amazon. Série parue cette fois aux éditions Lune Écarlate.

5/ Lise Journet et sa série « Une sombre histoire de sang » : j’ai acheté son premier tome pour la soutenir, parce qu’elle est vraiment à fond et que ça me plait. Pour le moment, ses romans se vendent très bien, d’ailleurs. Ce sont là des histoires de vampires « bien dans leur peau » comme le dit l’auteure dans la présentation qu’elle fait de ses romans.

6/ Lise Syven et sa série « La guerrière fantôme » (mais pas que), dont le second tome ne devrait pas tarder à être publié ». J’ai rédigé une chronique du tome 1, d’ailleurs.

Pèle mêle, d’autres auteurs à suivre : Laurent Whale, dont j’ai adoré « Les étoiles s’en balancent » (il faudrait que je le chronique, ce roman, d’ailleurs), Lionel Behra (Là, j’ai chroniqué l’un de ses romans), Romain Billot, Feldrik Rivat (chronique du Tome 1 de sa série en cours) et tant d’autres encore. Désolé de ne pas pouvoir citer tout le monde…

 

Alors, êtes-vous prêts? 3…2…1… LISEZ !

la-redemption-de-tessa les foulards rougesLa-guerriere-fantome Lady falkenna Une sombre histoire de sang
Roman Fantasy Gagner la Guerre Jean-Philippe Jaworski

C’est quoi, « atteindre le degré du Zéro Fautes »?

Ou « Le degré zéro de la faute : une légende urbaine ? Une réalité ? »

sans fautes - la procure

Source de l’image: librairie « la procure »

 

Je me permets un p’tit break dans l’écriture d’une prochaine publication (nouvelle de comic fantasy à venir, intitulée « Sous le regard torve de la Lune Rouge ») pour me fendre d’un p‘tit billet, plus ou moins d’actualité.

D’emblée, je situe le contexte : en tant qu’auteur, nous sommes parfois amenés à nous demander s’il serait techniquement possible d’atteindre… roulements de tambours… d’atteindre, donc, le point du « DZF », plus connu sous le nom « Degré Zéro de la Faute ».

Mon avis sur le sujet est le suivant : il faut tendre vers ce fameux « point DZF », bien sûr, mais ne rêvez pas. Dans la réalité, bien peu de nos Zamis Auteurs l’ont atteint un jour.

Dans le cas de « Chroniques d’une Humanité Augmentée », j’ai voulu y croire et la réalité m’a donné tort, bien entendu. Aujourd’hui encore, j’ai eu un retour d’une lectrice ayant relevé quelques petites fautes sur mon recueil.

Et pourtant !

Argh

 

Oui, et pourtant, « CHA » a été relu (avant publication) par cinq ou six personnes (plus moi, si si, je vous assure !), chroniqué par une dizaine de blogs, lu par un autre petit paquet de personnes (attention : « achat » n’est pas synonyme de « lecture »).

Parmi ceux qui m’ont signalé des fautes, il y avait deux correctrices pros, deux semi-pros, une linguiste… Chacun d’entre eux a repéré des fautes qui étaient préalablement passées à l’as.

Pourtant, il est clairement important de « Se Faire Relire » par d’autres que soi. Un regard extérieur, c’est autre chose. C’est complémentaire. Bref, c’est mieux. Vous voyez ce que je veux dire, sûrement ?

Il va de soi que, lorsqu’un lecteur prend de son temps pour me signaler des fautes, l’enchaînement suivant s’opère :

Merci

1/Je remercie chaleureusement la personne en question : c’est important pour un auteur de bénéficier de ce genre de retour.

2/Je mets à jour le fichier word de la publication concernée.

3/Lorsqu’on atteint un nombre minimal de fautes repérées et corrigées (je ne mets pas à jour  à chaque faute corrigée, quand même), je re-upload le texte sur la plateforme KDP (ou autre, à l’avenir).

  • J’en profite pour vous inviter, dès demain soir, à mettre à jour votre ebook « CHA » : non seulement plusieurs fautes auront été corrigées, mais une illustration s’ajoutera en préambule de la troisième nouvelle, celle intitulée « Humanité Augmentée ». In fine, toutes les nouvelles bénéficieront d’une illustration bien à elles, d’ailleurs.

 

Petit aparté : cette facilité et cette gratuité de mise à jour des textes publiés sur Amazon fait partie des raisons pour lesquelles je ne passerai PAS par les sites du genre « Éditions du net » ou « Édilivre ». La mise en ligne d’un texte y est gratuite, en effet. Mais quand l’un (éditions du net) facture la mise à jour et le retrait du livre (très précisément 71.76€), l’autre interdit toute mise à jour du livre, une fois celui-ci publié (Source : http://www.edilivre.com/faq).

Dans les deux cas, cela me paraît être au détriment du lecteur et c’est dommage. Cela me fait penser à un piège : tu rentres sans peine, mais quand tu cherches à partir, PAAAF ! On t’casse les jambes. Bref.

BlakeMortimerPiegediabolique

PS: j’avais aussi trouvé une illustration de Manara portant ce même titre, mais, euh, comment dire… ^^’ Blake et Mortimer, c’est probablement plus consensuelle. Quoi que, peut-être pas aux yeux du dinosaure en train de se faire bouffer, en arrière plan. Moi je dis ça, je dis rien, hein. 😀

 

Par contre, une auteure de ma connaissance m’a expliqué pourquoi elle avait choisit de passer par Édilivre : certains de ses lecteurs étaient apparemment rassurés par le fait qu’il y ait écrit le mot « Édition » sur sa couverture…

 

Bref, voilà pour ce qui est de mon expérience personnelle sur le sujet « DZF ». Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout. J

À présent, c’est à votre tour de nous faire part de votre expérience : Go go go !

Bonne fin de soirée tout le monde !

Bilan Hebdomadaire n°17

Bonjour tout le monde !

Mon dernier bilan hebdomadaire date du 15/07 dernier. Je vais finir par les appeler « Bilan bimensuel », moi, ça sera plus clair. ^^’

Enfin bref.

Ce bilan du 15/07 coïncidait d’ailleurs avec la sortie de mon recueil de nouvelles « Chroniques d’une humanité augmentée », que certains nomment désormais « CHA ». C’est marrant, ça me fait penser à « GoT », « SdA » et autres grandes séries ou films à la mode dont on décide de réduire le nom.

Non, je ne me compare pas à GoT et SdA, rassurez-vous, je ne suis pas vantard à ce point. Un peu, mais pas trop non plus. 😀

Je vais en profiter pour dresser un ultime bilan du lancement de mon recueil, si vous le voulez bien. Et comme un dessin est plus parlant qu’un long discours, admirons ensemble la courbe des ventes depuis le lancement. Vous remarquerez tout de suite un phénomène nouveau, ces 2-3 derniers jours:

CHA - courbes des commandes  - au dimanche 3 août 2014

Bon, ce n’est pas de super qualité, il faut le reconnaître. Quelqu’un connaît un logiciel de copie d’écran permettant de zoomer sur une partie de l’écran comme l’outil « capture » de Vista, mais avec une meilleure qualité d’image?

Bref: vous l’aurez remarqué, on va plutôt vers le « moins » que vers le « plus ». Et cette semaine, ça y est, j’ai connu le « 0 ventes » pendant deux jours d’affilés. ^^ Ouille. Bon, il fallait s’y attendre, j’imagine, ça devait bien arriver une jour. Mais juste après un jour à 3 ventes, ça m’a fait tout drôle. Merci donc à l’inconnu(e) qui m’a évité une série de 3 jours sans vente, au passage !

A côté de ça, aujourd’hui, je compte bien continuer à découvrir « Createspace ». Ce service d’Amazon vous permettra, probablement mi-septembre de commander « CHA » en version papier. Et me permettra, à moi (probablement fin septembre voire mi octobre), d’acquérir mon propre recueil à prix coûtant, puis de faire des dédicaces et de vendre en direct mes petits (66 pages environ) recueils. 🙂

Ils sont bons, ils sont chauds, mes recueils ! Qui veux?

 

Autre sujet, passons à présent à mes écrits en cours et achevés ces derniers temps:

J’ai écrit ces deux dernières semaines deux « courts » textes dans le cadre des ateliers d’écriture d’Asphodèle : Le premier, « la nuit des Jacarandas » est un texte « politiquement engagé », dont le personnage principal n’est autre qu’un Président Tibétain en exil. Cela se passe dans le futur, à une époque où le petit fils de Bill Gates a repris le flambeau des visées humanitaires de son papy.

Le second, « Darok le maudit« , vous entraîne dans les pas de Niniane, jeune femme tueuse de vampires et autres monstres, mais qui va se trouver confronté à un (trop?) gros morceau, cette fois-ci. Pour la petite histoire, la délicieuse jeune femme est vêtue d’un chapeau haut de forme, d’une redingote d’apprentie-magicienne et de bottes ne faisant pas plus de bruit en touchant le sol que des chaussons. Cela vous pose le personnage: j’ai volontairement abordé le sujet sous l’angle de l’humour avec, à la fin, une (petite) note romantique. Sisi!

Enfin, j’ai écrit avant hier le premier petit texte (1 000 mots) d’une éventuelle mini-série dans laquelle je compte me vautrer avec délice dans les clichés les plus redoutables de la fantasy: preux chevalier imbus d’eux-mêmes et machos, frêle princesse (mais au mauvais caractère), méchants idiots et au comportement plus théâtrale que crédible, armure de plaque de taille « micro-kini »… Enfin bref, vous voyez le genre, n’est-ce pas? ^^ Je me suis beaucoup amusé à l’écriture, en tout cas. Tout cela est issu d’un « chiche » lancé par mp avec une amie facebookienne, après qu’elle m’ait dit « Je suis faible » et que je lui ai répondu (pour déconner, hein): « C’est normal, tu es femme ! 😀 »

Laule. Haha. Je vous jure que dans la vrai vie, je ne suis pas macho. Mais j’aime bien faire le faux macho, que voulez-vous, on ne se refait pas.

Dernier défi en date, parce que je n’aime pas m’ennuyer: suite à une discussion complètement barrée avec Guillaume Robert (je vous invite d’ailleurs fortement à aller découvrir son travail, il est très fort, je trouve), voilà comment ça s’est terminé:

Moi: « Je vais être clair Guillaume: confie moi n’importe laquelle de tes illustrations, même une sérieuse à mort, et je t’écris dessus un bon gros délire en 1500 mots.  »

Lui: « du coup je pense te prendre au mot et te lancer un defi ! je choisirai une illu et tu pourra partir dans un bon gros délire ! ça peut etre fun, non ? »

Moi: »Chiche Chuis prêt Chuis chaud! Allez allez zyva! passe moi l’balllon ! »

Curieux de voir ce que cela va donner ^^’

 

Enfin, dernière information, sur la suite des événements: mon prochain article (sans doute mercredi prochain) sera intitulé: « C’est quoi, s’organiser pour écrire un roman? ». Et oui, je compte bien continuer dans la série des « C’est quoi, ça? »

Le sous-titre de cet article pourrait être: « Comment écrire un roman de 330 000 caractères, espaces comprises, en 5 mois alors que vous exercez une profession relativement chronophage à côté ». Je ne vous livrerai évidemment pas une recette universelle: chacun la sienne. Je me contenterai de vous dire comment je me suis organisé pour parvenir à ce résultat, en début d’année.

 

Sur ce, je vous laisse faire le tour de ma taverne en toute quiétude et je retourne à la vraie vie.

Bon dimanche tout le monde !

 

[EDIT: voici l’illustration sur la base de laquelle je dois donc commettre un texte léger voire bourré d’humour, la semaine prochaine (à priori):

Au passage, un grand merci à Guillaume Robert pour son autorisation d’utiliser ainsi son illustration ! Admirez un peu le travail de cet artiste !

castle_in_ruins_by_rgdraw-d7s2fqd