Le Ténébreux

L’homme à la cape s’avança au milieu de la foule, provoquant sur son passage un léger frémissement, une réaction épidermique qui alla en s’amplifiant. Les gens murmuraient à son approche, à voix basse. « Le ténébreux », disaient-ils avant de se taire et de le fixer du regard.

Mais lui se contentait de marcher d’un pas vif et sans paraître prêter la moindre attention à ce qui l’entourait, à ceux qui le dévisageaient.

Son but n’était autre qu’un gouffre sombre, un espace caverneux béant tel une bouche privée de lèvres autant que de dents, et sur lequel s’achevait désormais l’avenue principale de Louisville.

Il y a peu de temps encore, à part sans doute ses habitants, personne n’eut été capable de situer sur une carte de la région cette petite bourgade de province. Mais un mois plus tôt, le maire de la ville avait sollicité la venue de cet homme au regard clair, aux gestes empreints de grandeur et de dérision mêlées. Depuis, dans tout le pays, tous se vantaient d’en connaître sur le bout des doigts le moindre bistrot, le goût du moindre de ses croissants, et jusqu’à l’odeur de ses vieilles ruelles bordées de maisons à colombages.

Quant au Ténébreux, il était également le Sombre et ces mots, à eux seuls, auraient suffi à le décrire. Mais il était encore l’Asocial, celui qui ne se lie jamais aux autres et dont la vie est un roman, une pièce de théâtre aux multiples adaptations. Il était d’ailleurs l’unique personnage et comédien de cette tragédie au dénouement que chacun espérait dramatique, en son for intérieur.

Certains suggéraient que le Sombre n’était pas un, mais légion. Qu’à travers le monde, une infinité kaléidoscopique, mais uniforme, avançait masquée au-devant du péril, se sacrifiant jour après jour au profit du plus grand nombre.

Car nul ne l’avait jamais vu ressortir de ces cavernes où l’envoyaient des foules désireuses d’échapper à un sort bien pire que la mort.

Car nul n’avait jamais pu contempler son visage, ni ne l’avait entendu prononcer la moindre parole.

Alors certains, pour l’imiter, optaient pour un ton grandiloquent, rauque, ou bien encore chevrotant. D’autres le disaient muet, peut-être même sourd.

« C’est pour ça qu’il parvient à survivre, là-dedans, parce qu’il n’entend pas leurs voix », avançaient les anciens de l’air blasé de ceux qui n’ignorent rien des mystères de ce monde.

Et chacun, en secret, de se faire le scénariste des aventures du Sombre, tour à tour merveilleuses, horrifiques ou romantiques, voire plus simplement fantasmagoriques.

Le Sombre, à présent et une fois de plus, faisait face à son destin.

Dans le plus grand silence, il s’engouffra dans les ténèbres et la foule retint son souffle, jusqu’à ce que le cri retentisse et que la bouche se referme en l’étouffant abruptement.

Le danger était passé et la vie, doucement, reprit son cours… Comme si de rien n’était.

Car l’oubli est un don du ciel, pour qui se satisfait de vivre en attendant la mort…

Logo - O.Billington - désirs d'histoires

Publicités

30 réflexions sur “Le Ténébreux

    • Bonjour Olivia, je suis flatté par votre commentaire positif! Et très heureux que le texte vous ait intéressé et donné envie d’en savoir plus. Bonne journée et au plaisir de vous lire.

  1. n’empêche qu’on aimerait en savoir plus sur lui… ou pas . nous pourrions être déçus ? l’imagination est au travail

  2. Pingback: L’abîme au bout des doigts (extrait V) | Olivia Billington
  3. Un texte très riche (et tellement bien écrit) qui nous présente un personnage inquiétant dont on aimerait en savoir plus, bien sûr. Mais, voilà, tout l’art tient à faire exactement le contraire : nous en dire le moins possible pour aiguiser notre curiosité. C’est exactement comme ça que ça se passe dans la vie de tous les jours. Moins on nous en dit et plus on a envie de savoir…

    • Soit dit en passant, c’est grâce à vous que j’ai écris ce texte, puisque c’est par votre intermédiaire que j’ai découvert Asphodèle, par l’intermédiaire de laquelle j’ai découvert Olivia Billington.
      Donc, ce texte « Le Ténébreux » est aussi un peu le votre. Merci et bonne soirée ! 😉

    • Ce n’est, pour le moment, hélas pas prévu. J’ai déjà tellement d’idées à développer… ^^ Je suis actuellement sur un projet de série numérique de Fantasy, qui semble bien parti pour être éditée prochainement. Je me concentre donc là dessus, et ça avance bien.
      Merci d’avoir lu et apprécié, en tout cas ! 😉

  4. Pingback: News hebdomadaire n°2 | L'Auberge Blévalienne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s