Nouvel an 2014 !

Bonne année  2014 – Version déprimée

Christophe ressort de chez la voyante. Comme tous les 31 décembre, il a sacrifié à son habitude de « prendre des nouvelles de l’année à venir ». Cette fois-ci, le futur s’annonce propice. Il a encore dans la tête la conclusion de l’augure.

—     Je vous vois confronté à un terrible événement d’ici à minuit, aujourd’hui même. Mais à partir de 2014, et au-delà, plus rien de néfaste ne vous arrivera. Au contraire, votre vie prendra un nouveau tournant vers davantage de calme, de stabilité.

Fini, le harcèlement moral au travail ! Fini, la femme acariâtre et les enfants emmerdants à la maison ! Bonjour Paix et tranquillité, Calme et volupté !

C’est avec un large sourire que Christophe s’engage sur le passage piéton. Il a à peine le temps de voir une ombre fondre sur lui, que déjà son âme entame son ascension vers le ciel… Il faut près de quarante mètres au conducteur du camion, au volant depuis près de dix heures d’affilée et aux réflexes amoindris par la fatigue, pour ralentir puis stopper son véhicule…

*

Version « neutre » :

La nuit est tombée depuis de longues heures, et je me penche par la fenêtre de mon huitième étage. Bientôt minuit.

Je me demande ce que nous réserve le monde, pour 2014. Encore plus de guerres ? De bonnes nouvelles ? Le recul de la faim et de la misère dans le monde, ou bien au contraire une concentration encore un peu plus grande des richesses dans les mêmes mains qu’en 2013 ?

Aujourd’hui, 1er janvier, l’année 2014 est encore une page blanche, vierge de problèmes et riche de promesses.

*

Version « optimiste » :

—     Je vois… Je vois… Je vois des nouvelles en pagaye, peut-être même un roman publié en 2014 ! Je vois… Un BTS qui s’achève dans la joie pour votre conjointe, et pour vous ! Je vois… Une année professionnelle qui ne se passe pas si mal que ce que vous prévoyez… Je vois des enfants qui écoutent, et qui comprennent que, parfois, les parents ont raison, et qu’il faut forgeronner pour devenir forgeron ! En bref, je ne vois que du bonheur pour votre famille et vous-même. Ça fera 150€, merci.

*

Et pour vous, ce sera quoi ? Que ferez-vous de 2014 ? Le bonheur sera-t-il au rendez-vous ? Poursuivrez-vous vos rêves même au-delà du raisonnable ?

De mon côté, je compte bien ne plus laisser s’exprimer mes doutes.

Se remettre en question, réfléchir, oui. Douter, non. Alors toi, oui toi, mauvaise conscience qui me fait douter de tout, tu peux aussi bien t’en aller tout de suite, je ne t’écouterai pas.

Ni cette année, ni les suivantes ! Oust, du balai !