L’antre de l’Ogresse

Courbé en avant, la main posée sur la garde de ma dague, je progresse tel un fantôme dans les entrailles sombres du château du Seigneur de Basse-fosse. Seules quelques  rares torches dispensent leurs maigres halos jaunâtres par endroits, et ma cape fuligine me rend presque invisible dans la pénombre ambiante.

Bientôt, des cris de terreur et de souffrance me parviennent au détour d’un couloir aux murs suintants de salpêtre. D’une porte entrouverte filtre une lumière crue, bleutée. De la magie, très probablement.

C’est de là que proviennent les hurlements lugubres entrecoupés de crises d’un rire démoniaque et malsain que j’entends depuis une poignée de longues minutes. D’une main, je pousse le battant de la porte puis, d’un bond, je m’élance en avant en criant comme un possédé pour me donner du courage.

— Myriam, tu n’as toujours pas rangé ta chambre ! Il est 21h, tu devrais déjà être couchée et la femme de ménage passe demain ! Dépêche-toi, maintenant, sinon je confisque tout ce qui traîne ! Quant à vous deux, Camille, Thomas, filez vous coucher !

Ma fille baisse la tête, penaude et vexée. Je ressors de la pièce tête haute.

J’ai vaincu l’ogresse Myriam et ses deux petites victimes sont sauves.

Force reste à la loi !

Si vous avez aimé lire ce texte et si vous y tenez absolument, vous pouvez témoigner votre soutien au créateur via son profil flattr.

Merci encore d’avoir lu et, j’espère, apprécié cet instant de détente !