Blue Suede Shooes

—     Carl, comment tu comptes payer la note ? lui demande le barman en gardant la main sur la bouteille de whisky.

—     Je peux te refiler mes chaussures en daim bleu ?

—     Pour que j’aie l’air d’une fiotte ? Non, merci.

—     Sinon, je peux te filer ça, insiste Carl Perkins en tendant un morceau de papier griffonné de mots serrés les uns contre les autres.

—     « Blue Suede Shooes » ? C’est quoi, ça ?

—     Une chanson. Je suis pas sûr que Sun records l’accepte et je supporte pas les refus. Tu la prends ? En échange d’un repas, aussi.

—     Ca roule, conclut le barman, qui est un tendre, au fond.

Le soir venu, il montre la feuille à sa femme.

—     Tu t’es encore fait avoir par ce Carl Perkins de malheur ! s’exclame-t-elle, furieuse. Brûle-moi ça tout de suite, espèce d’imbécile. L’alcoolisme, c’est peut-être contagieux.

Carl Perkins ne compose pas « Blue Suede Shooes », qui n’apparaît pas sur le premier album d’Elvis Presley en mars 1956. La carrière de celui-ci, qui commençait à décoller, retombe comme un soufflé. Il meurt pauvre et amaigris, quelques années plus tard, le même jour que Carl Perkins, qui n’a pas connu le succès en ne lançant pas le mouvement du rockabilly.

Publicités

4 réflexions sur “Blue Suede Shooes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s